12/03/2008

Une alerte SMS pour toute la population ?

 

CC

 

 Christophe Collignon

 

Ce jeudi 6 mars, le sénateur, Christophe Collignon (PS) a interpellé le ministre de l’Intérieur concernant le projet d’alerte via SMS développé par la Direction générale de la Sécurité Civile. Le sénateur avait récemment interpellé le gouverneur de la Province de Liège sur la possibilité d’instituer un système d’alerte via SMS en cas d’alerte Seveso ou nucléaire dans les zones à risques.

Deux communes ont pris une initiative intéressante afin de développer un système gratuit de prévention par SMS en cas d’alerte nucléaire, ou d’avertir leur population des pics de pollution dans la zone Seveso. Les avantages de ses services sont la rapidité, la flexibilité et la proximité. Mais il déplore que toutes les communes ne soient pas capables de supporter ce coût supplémentaire.

En effet, ces initiatives très positives instaurent une différence de droit à l’information entre les citoyens selon la commune dans laquelle ils sont domiciliés. Il serait donc utile de mettre tout en œuvre pour que chaque citoyen habitant dans un périmètre dit «à risque» puisse bénéficier du même service.

A cet égard, Christophe Collignon a interrogé le ministre sur une initiative fédérale de la Direction générale de la Sécurité civile, sur l’état d’avancement de ce projet, sur le niveau de pouvoir où sera coordonné ce système et sur les circonstances dans lesquelles l’alerte sera donnée et selon quelles modalités. Il a également questionné sur les modalités de collecte et de gestion des données personnelles, c’est-à-dire le numéro de GSM des citoyens.

Le ministre lui a signalé qu’un projet était effectivement en développement afin de prévenir en cas d’incidents chimiques et nucléaires, les sourds et malentendants ainsi que les collectivités, écoles, maisons de repos et hôpitaux. Mais il attire l’attention sur le fait que d’envoyer une alerte via SMS à une grande partie de la population belge engendrerait une contrainte sérieuse au niveau du réseau GSM et pourrait perturber sérieusement toutes les communications via SMS.

Le sénateur a donc déploré que le système d’alerte soit limité aux collectivités et à quelques administrations et que vu que la décision en reviendrait au bourgmestre, certains Belges bénéficieraient d’une alerte SMS alors que d’autres non. Christophe Collignon s’est étonné de cette inégalité entre les citoyens en matière de sécurité. 


Documents disponibles sur www.ps-senat.be

Contacts : Cyrielle Piccinin - Attachée de Presse du Groupe PS-Sénat piccinin@ps.polgroups.senate.be  - 0476/788.407

 

17:52 Écrit par Sourds et Malentendants Socialistes dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.