01/05/2008

Intervention Julie Fernandez Fernandez,

Fernandez-Julie

Cliquez sur la photo. 

 

 

 

acc_se_2008

Miroye Kizamie a traduit en langue des signes. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Intervention Julie Fernandez Fernandez,

Secrétaire d'Etat à la Personne handicapée.

 

Liège, 1er mai 2008

 

Chers camarades,

 

 

Permettez-moi d'abord de vous faire part de l'immense émotion que je ressens en cette occasion. Sous ce kiosque, prenant ici la parole pour la première fois, je ne peux m'empêcher de me souvenir de mes débuts...

 

D'abord la lutte socialiste avec mes camarades espagnols,  le PS que j'ai rejoint peu après, guidée par Laurette.

 

Ces amitiés enrichissantes avec Alain, Willy, Jean-Claude et les autres, ceux qui rêvent du même monde que moi.

 

Un monde différent où les valeurs de liberté e d'égalité, de solidarité et de fraternité sont les lignes directrices...

 

Mais il y a, surtout, ces rencontres avec les gens.

 

Des personnes qui ont le droit de  s'épanouir dans une société leur offrant une sécurité et une qualité de vie suffisante.

 

Des personnes qui nous exposent leurs envies, leur espoirs mais aussi leurs craintes. 

 

Ces femmes et ces hommes qui comptent sur nous et qui nous insufflent l'énergie nécessaire pour nous battre,  pour les aider à atteindre ce qu'ils sont en droit d'avoir.

 

C'est pour ça que nous faisons de la politique, parce que nous ne supportons pas les injustices et les inégalités....

 

C'est parce que notre faculté de révolte et d'indignation, n'a pas de limite.... Et parce que nous croyons que la meilleure arme contre l'injustice c'est la solidarité.

 

C'est pour ces raisons nous, socialistes,  nous continuons le combat!

 

 

Camarades,

 

 

En face, chez ceux que les inégalités arrangent puisqu'elles jouent en leur faveur, cette révolte permanente dérange.

 

Il ne faut pas que leurs attaques incessantes nous découragent : le combat à mener est bien trop important que pour nous laisser abattre par les bassesses qu'ils déploient.

 

Non, les richesses ne doivent pas rester dans les mains de quelques uns : elles doivent être partagées entre tous.

 

Non, il n'y a pas d'un côté ceux qui travaillent et de l'autre ceux qui ne travaillent pas.

 

Il n'y a pas d'un côté les pauvres et de l'autre ceux qui ne le sont pas.

 

Pas de clivages entre les valides et  les personnes en situation de handicap, entre les personnes en bonne santé et les malades, ou entre les citoyens et les sans papiers.

 

La solidarité concerne tout le monde.

 

Tous, autant que nous sommes, aussi motivés et combattifs que nous soyons, nous aurons peut-être un jour à tendre la main pour obtenir de l'aide.

 

Lorsque l'on est frappé par la difficulté, les socialistes pensons que c'est à l'Etat de prendre le relais, et tant pis si cela dérange certains... car pour nous ce n'est pas de l'assistanat : c'est de la justice sociale !n pour continuer à nourir  de solidarité ! mener est bien trop important que pour nous laisser abattre

 

Nous sommes fiers d'être le seul parti qui défend clairement et ouvertement les plus fragiles de notre société.

 

Nous nous opposons aux discours démagogiques et dangereux qui disent qu'il y a trop de solidarité !

 

De la solidarité, camarades,  il n'y en a pas assez... par contre il ya aujourd'hui encore trop d'emplois précaires, trop de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté...trop de jeunes en manque de perspective d'avenir !

 

Camarades,

 

 

Nous avons, par le passé, arraché les avancées sociales qui permettent aujourd'hui à un enfant d'ouvrier d'accéder à l'université, à un ouvrier d'être courvert en cas de maladie, à un travailleur licencié de bénéficier d'un soutien pour continuer à nourrir sa famille....

 

Ceux-là contre qui nous nous sommes battus hier sont ceux contre qui nous devons encore et encore nous battre aujourd'hui... et dans ce combat contre le capitalisme méprisant,  nous devons rester unis.

 

Soudés, en tant que mandataires, pour offrir aux citoyens une meilleure qualité de vie.

 

Unis, en tant que membres des gouvernements, avec notre empreinte « plus de solidarité ».... En  augmentant les pensions et supprimant progressivement la cotisation de solidarité, en aidant les personnes malades, via le "plan cancer" notamment,  ou encore en supprimant le "prix de l'amour", mesure injuste qui pénalise les personnes handicapées dans leur vie de couple,...

 

Camarades, nous devons rester rassemblés et forts pour défendre la  revalorisation du travail...mais aussi de la solidarité.

 

Pas l'un ou l'autre, pas le travail contre la solidarité mais bien l'un et l'autre.

 

Nous le savons,  la route est encore longue,  il faut donc continuer à se fâcher et à se révolter !

 

Alors, ensemble, militants, pensionnés socialistes, JS, syndicalistes, vous qui êtes engagés dans des associations, dans vos quartiers, dans vos écoles...  Vous qui rêvez d'un autre monde, vous qui ne voulez laisser personne sur le bord du chemin.... ne  laisser jamais ceux qui veulent garder la main mise sur les richesses,   vous faire douter de la justesse de nos actions ....

 

C'est donc toujours  la tête haute et le poing levé que je vous invite à continuer le combat !

 

Bon 1er mai !

 

 

 

 

21:26 Écrit par Sourds et Malentendants Socialistes dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.