30/07/2008

Économie, emploi et formation professionnelle : un décret pour interdire et sanctionner les discriminations.

marcourttarabellamn

 

 


La discrimination dans l’emploi existe malheureusement. Elle est socialement dangereuse et économiquement coûteuse. Les statistiques le prouvent, il est 5 fois plus difficile pour un demandeur d’emploi d’origine maghrébine de décrocher un entretien d’embauche que pour un demandeur d’emploi belge. Ca l’est encore davantage pour un demandeur d’emploi handicapé. Ca l’est aussi pour un demandeur d’emploi âgé, etc. Et quand on décline ces constats sous l’angle du sexe, les inégalités auxquelles sont confrontées les femmes ne se justifient en rien par des problèmes de manque de qualification plus importants que ceux des hommes, au contraire !
 
Ce faisant, le Gouvernement wallon a adopté, jeudi 24 juillet, en dernière lecture un projet de décret anti-discrimination en matière d’économie, d’emploi et de formation professionnelle visant à interdire et à sanctionner les discriminations avérées. Ce décret complète et abroge le décret du 27 mai 2004 relatif à l’égalité de traitement en matière d’emploi et de formation professionnelle.
 
La Région wallonne, à l’image des pays membres de l’Union européenne, préconise, en effet, le respect des principes de liberté, de démocratie et de respect des droits de l’homme, ainsi que le principe de l’égalité de traitement des citoyens, fil conducteur des directives européennes de lutte contre la discrimination.
 
Le présent décret se veut donc le garant de la mise en œuvre, au niveau wallon et en matière d’emploi, de formation professionnelle et de politique économique, du principe d’égalité de traitement des citoyens, ce quels que soient leur sexe, leur nationalité, leur prétendue race, leur couleur de peau, leur ascendance, leur origine nationale ou ethnique, leur âge, leur orientation sexuelle, leur état civil, leur naissance, leur fortune, leur conviction religieuse ou philosophique, leur conviction politique, leur langue, leur état de santé actuel ou futur, leur handicap, une caractéristique physique ou génétique ou encore leur origine sociale.
 
Le Gouvernement wallon a confié à l’IWEPS, au CESRW, au CWEHF et à la Commission consultative régionale du DIISP, des missions de suivi et d’évaluation de l’égalité de traitement en matière d’emploi et de formation professionnelle. Ces organes scientifiques et consultatifs sont en outre chargés d’assurer une veille en la matière et de soumettre au Gouvernement toute proposition de nature à favoriser l’égalité de traitement en matière d’emploi et de formation professionnelle.
 
Le Gouvernement a également désigné le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme et l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes en tant qu’organes de conciliation susceptibles d’offrir, voire d’organiser, une écoute, une aide administrative et un accompagnement à tout citoyen wallon qui se sent victime de discrimination en matière d’emploi et de formation professionnelle.
 
Il prévoit, enfin, des sanctions de nature à inciter chacun à respecter ce principe d’égalité de traitement en matière d’économie, d’emploi et de formation professionnelle.
 
Par ce nouveau décret, le législateur wallon entend affirmer sa volonté de garantir à tous, en ce compris et moyennant des mesures correctrices, aux publics les plus fragilisés, les mêmes chances d’insertion dans une société wallonne définitivement inscrite dans la voie du développement durable.

00:04 Écrit par Sourds et Malentendants Socialistes dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Rebonjour Mr et Mm badji bah.je suis etudient au centre formation prffesionnel de conakry

Écrit par : bah | 06/09/2008

Les commentaires sont fermés.